Confinés en Transit

2020c2a9sylvie-grima_roissycdg

covid19_cdg-aeroportc2a92020_sylviegrima-8

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il est 21h, dimanche soir, à l’aéroport Roissy CDG.

Voilà deux jours que je suis avec Béréta, Philippe, Fouazi qui se démènent tous les jours pour venir en aide aux plus démunis avec un seul objectif : lutter contre le gaspillage alimentaire et s’assurer que chacun puisse manger le plus correctement possible.

Ici, dans ce lieu où habituellement la vie grouille sans interruption, depuis  le 17 mars 2020, c’est le silence.

Je découvre une ambiance irréelle presque cinématographique.

Allongés au sol, blottis sur un siège … Je découvre et photographie, Misha Taïwanaise bloquée depuis 1 mois en attente d’un vol, Issa Cissé Ivoirien qui lui aura son départ le 4 juillet ou encore Timothy arrivé il y a deux jours et qui espère pouvoir rejoindre son foyer demain.

Seuls, ou presque, dans un aéroport désert, entre boutiques fermées et guichets clos.

Passagers transitoires en cohabitation avec ceux qui sont restés, sans-abris d’ordinaire invisibles de tous.

Seule la visite quotidienne d’un ou deux employés de l’adp, un sandwich triangle et quelques chips proposés aux passagers munis d’un billet d’avion.

Tant pis pour ceux qui n’en ont pas encore. Tant pis pour ceux qui n’en auront jamais.

Ce reportage, construit en collaboration avec Jean-Lionel Dias, parle aussi des

associations Solidarité Migrants Wilson et Chauffeurs du coeur qui passent tous les soirs, de la Gare TGV à l’aérogare 12, chariots remplis de panier repas, cafés, thé à la menthe fait maison, pour tenter d’apporter réconfort et repas chaud, à chacune des personnes confinées entre deux vols, entre deux mondes, passagers ou sans abris, sans différence.

Photographie Documentaire / Témoignage 2020 © Sylvie Grima

Les commentaires sont fermés.